A travers mes chansons, je dis tout l’attachement que j’ai à mes origines, mon pays, Le Limousin et la Haute Vienne (ne pas confondre avec les corrèziens, nos cousins qui sont aussi des limousins, avec la même culture et des traditions très voisines) mais aussi à la nature, à notre belle et bonne vieille Terre. La langue limousine est-elle ma langue maternelle? NON. Suis-je régionaliste, indépendantiste, nationalo-limousin. oui et non. Je suis français, et j’assume en plus mon appartenance au Limousin, afin que celui-ci continue d’exister par ses traditions en tant que tel, et que cette langue, l’occitan, vive. Je suis limousin, né à Limoges. Mes aîeux étaient limousins, paysans au village des CARS, en Haute Vienne, et un arrière-grand oncle jouait de l’accordéon dans les villages alentour dans les années 1885 – 1890 environ, et rentrait du bal avec son accordéon en traversant la forêt des CARS. Son frère, mon arrière grand-père, en le suivant, craquait des allumettes pour éloigner les loups. Je remercie ici ma mère et ses frères et soeurs qui mon offert voici quelques temps l’accordéon de cet aïeul, qui date des années 1850. Je le garde avec beaucoup de fierté, comme un témoignage familiale et culturel, étant moi-même ancien paysan et musicien très attaché a mes racines et ma culture.

Mon autre arrière grand- père était aussi paysan, limousin originaire de Saint Priest Taurion en Haute Vienne, ayant vécu par la suite sur la commune de Beaune les Mines.
Je n’oublie pas non plus mes origines paysannes charentaises paternelles, du petit village de Barbezières, où j’ai été paysan de nombreuses années, et qui m’a donné cet amour de la terre et des choses vraies. Et si j’ai dû faire un choix un jour entre la musique et la ferme, je suis resté un paysan au fond de moi, et le serai toujours..Je parle courament le patois charentais (le Saintngeais) car mes oncles et tante, à la ferme familiale, ne parlaient que cette langue, et c’est avec plaisir que j’aime discuter dans la langue de Goulbenèze.

J’ai aussi été beaucoup influencé par la country music américaine, cela depuis l’âge de 14 ans. Sans doute parce que cette musique transmet les mêmes valeurs que nos chansons « trad » de chez nous. La titre qui a tout déclanché a été « L’HISTOIRE DE BOBBY MAC GEE » de Johnny Hallyday, sur son album « La Terre Promise » sorti en 1974, qui m’a fait découvrir la country-music. Depuis je suis aussi un passionné de ce style..

Les films d’avant guerre de Marcel Pagnol, le « midi » d’autrefois m’a apporté beaucoup de belles images d’une époques « joyeuse et sensible ». Je revois toujours avec plaisir MARIUS, FANNY, CESAR, La fille du Puisatier, Manon des sources, La femme du boulanger, etc…Le sud m’apporte le soleil….

La Corse tient une place particulière au fond de moi. J’aime profondément ce pays, et tous mes amis que j’y ai. Je partage la façon que le peuple corse a de défendre sa culture, son pays, ses traditions.
Pour reprendre une expression de Jean de la Fontaine, je suis un musicien des champs, pas un musiciens des villes…

Laisser un Avis

Seul les utilisateurs enregistré peuvent poser un avis