YVETTE HORNER

Parcours musical

Biographie de Yvette Horner, née le  à Tarbes et morte le  à Courbevoie, est une accordéoniste, pianiste et compositrice française.

Après avoir remporté la Coupe mondiale de l’accordéon en 1948, elle obtient le grand prix du disque de l’académie Charles-Cros en 1950 pour l’album Le Jardin secret d’Yvette Horner, récital d’œuvres classiques interprétées au piano et à l’accordéon. Elle établit sa popularité en accompagnant la caravane du Tour de France à onze reprises. Durant sa carrière, longue de soixante-dix ans, Yvette Horner donne plus de deux mille concerts et réalise cent cinquante disques, dont les ventes cumulées s’élèvent à trente millions d’exemplaires.

Origines familiales

Yvette Horner passe quelques années de son enfance à Rabastens-de-Bigorre. Son père, Louis Hornère, est entrepreneur en bâtiment. Enfant unique, sa mère l’incite à faire de la musique. Son professeur, Marguerite Lacoste, lui enseigne ses premières notes de musique au piano. Elle étudie la musique au conservatoire de Tarbes. Elle rentre au conservatoire de Toulouse où, âgée de 11 ans, elle obtient un 1er prix de piano. Sa mère l’oblige à abandonner son instrument pour l’accordéon chromatique. Elle lui dit : « des accordéonistes femmes, il n’y en a pas, et là tu te feras une situation ».

Au long de sa vie, Yvette Horner garde la nostalgie de son premier instrument. Elle enregistre même en 1950 un récital d’œuvres classiques sur l’album 33 tours Le Jardin secret d’Yvette Horner. Elle se produit maintes fois en pianiste lors d’émissions télévisées. Cependant, elle fait ses débuts au « Théâtre Impérial » de Tarbes (renommé par la suite « Théâtre des Nouveautés »), qui appartient à sa grand-mère paternelle.

La jeune fille commence à se produire dans les casinos. Son éducation se poursuit à Paris, où elle est l’élève de Robert Bréard.

Premiers prix

En 1938, Yvette Horner participe, en compagnie de Freddy Balta et d’André Lips, aux premiers championnats du monde d’accordéon. Ils sont organisés à Paris, au Moulin de la Galette, par l’Association internationale des accordéonistes. Elle finit deuxième derrière Freddy Balta.

Elle donne son premier concert en 1947 à Paris. En 1948, elle est la première femme à remporter la Coupe mondiale de l’accordéon. Le grand prix international d’accordéon de Paris lui est attribué en 1950.

Carrière artistique

Yvette Horner en compagnie de Gastone Nencini, le 28 juin 1960, lors du Tour de France cycliste

En 1950, elle reçoit le grand prix du disque de l’académie Charles-Cros. Son album Le Jardin secret d’Yvette Horner, récital d’œuvres classiques interprétées au piano et à l’accordéon.

1952, la société Calor, qui sponsorise le Tour de France, lui propose d’accompagner la course. Elle lance sa carrière. Elle joue sur un podium à l’arrivée de chaque étape. Coiffée d’un sombrero et juchée sur le toit d’une Citroën Traction Avant aux couleurs de la marque Suze, elle réitère les années suivantes, accompagnant au total onze fois le Tour de France (de 1952 à 1963). Elle est également reine des Six jours de Paris en 1954.

Dans les années 1980, elle change la couleur de ses cheveux. Elle passe de brune à rousse. Elle adopte des tenues de scène plus extravagantes (telles que la célèbre « robe Tour Eiffel ») créées par le couturier Jean-Paul Gaultier, qui en fait l’une de ses égéries.

Vedette au Casino de Paris

En 1987, elle devient la marraine du club d’accordéon de Doudeville, le Cany-Accordéon-Club. Annie Lacour dirige cette fondation. En 1989, elle prend part aux célébrations du Bicentenaire de la Révolution en se produisant sur la place de la Bastille. L’année suivante, elle est la vedette d’une revue au Casino de Paris. Dans les années 1990, elle se produit sur scène en compagnie de Marcel Azzola puis collabore avec le chorégraphe Maurice Béjart lorsque celui-ci monte le ballet Casse-Noisette de Tchaïkovski au théâtre du Châtelet en 1999.

2005 paraît son autobiographie, intitulée Le Biscuit dans la poche. juin 2006, la musicienne entame un documentaire sur sa vie avec le réalisateur canadien Damian Pettigrew. Son album Double d’Or sort en 2007. En 2009, elle prend part à la tournée La plus grande guinguette du monde.

En 2011, l’accordéoniste est invitée par le chanteur Julien Doré à participer à l’enregistrement de son album Bichon. Un nouvel album d’Yvette Horner, intitulé Hors Norme, est édité en . Il est réalisé par Patrick Brugalières. Parmi les artistes invités figurent Lio, Didier Lockwood, Richard Galliano et Marcel Amont. La pochette est illustrée par Jean-Paul Gaultier.

Elle donne son dernier concert en 2011.

Durant sa carrière, l’accordéoniste donne plus de 2 000 concerts. Yvette Horner enregistre pour les labels Pathé-Marconi, CBS et Erato. Sa discographie compte 150 disques, dont les ventes ont atteint les 30 millions d’exemplaires.

DISCOGRAPHIES

Décès et sépulture

Yvette Horner meurt le , à l’âge de 95 ans. « Elle n’était pas malade. Elle est morte des suites d’une vie bien remplie », déclare son agent, Jean-Pierre Brun.

Yvette repose au cœur du cimetière Saint-Jean à Tarbes. Neuf mois après sa disparition, une statue d’Yvette Horner trône sur son monument funéraire. C’est à la demande de cette dernière que le sculpteur Yves Lacoste a réalisé cette pièce. Elle rend hommage à son public. Aussi à ses parents, à son mari, à ceux qui l’ont aidée dans ses efforts pour accéder à la notoriété. Finalement, l’œuvre est grandeur nature (soit 1,54 m), avec une Yvette Horner portée par des mains qui l’applaudissent, émergeant d’un cocon et empoignant un accordéon, réplique directe de celui qu’elle utilisait pour l’un de ses morceaux préférés.

Yvette Horner en vidéo


 

Source
Wikipédia

Laisser un Avis

Seul les utilisateurs enregistré peuvent poser un avis

Pascal Plesbot 16/03/2021 08:32
Expérimenté
Polyvalence
Créativité
Accessibilité
Prestation

J’aime son jeu tout simplement. Elle nous manque.